2013 - Vélove Affair

2013 - Vélove Affair

Haut les Cœurs

La pratique du vélo fait travailler le cœur. Tous les médecins vous le diront. Et pas toujours dans l’unique sens de l’endurance. Je pense même, qu’à ce sujet, on pourrait parler d’attendrissement.
Ou mieux, de tendresse. Le vélo est une Love A- air. Une passion amoureuse dont nous jouons chaque jour la partition dans nos magasins. Le cœur est bien notre stradivarius. Le véritable moteur du vélo plus encore que les muscles de nos jambes. Notre instrument de travail. Chaque jour dans nos magasins, le cœur est à l’ouvrage et présent dans l’échange qui nous lie commercialement tout autant qu’affectivement.

Le vélo est bel et bien le véhicule inspiré du sentiment amoureux.

Il progresse de nos élans passionnés certainement plus que de nos - fibres musculaires. De tout temps, le vélo a été le déclencheur d’une respiration amoureuse chez tous ceux qui ont pressé le bouton, ou plus précisément, appuyé sur la pédale, pour découvrir un plaisir teinté de jouissance et de liberté. Quelque soit le degré d’engagement ou l’intensité hormonale qui sont liés à sa pratique. Chez Culture Vélo, nous avons entamé collectivement cette Love A- air avec la seule envie de vous transmettre durablement, intensément et matériellement, l’amour du vélo. Celui de son usage bien sûr, mais aussi cette incroyable capacité qu’à la bicyclette à rapprocher les êtres des uns des autres, comme si des e- uves amoureuses émanaient du sillage aérodynamique de nos drôles de machines à pédaler. Amour du vélo et amour à vélo
sont les 2 facettes que nous avons choisies d’illustrer cette année dans ce catalogue “ amoureux ” que nous vous invitons à découvrir aujourd’hui..

Un baiser de cinéma… à vélo

Rhett Butler et Scarlett O’Hara dans “ Autant en Emporte le Vent ”. Jean Gabin et Michèle Morgan avec l’incomparable “ T’as de beaux yeux, tu sais ” dans “ Le Jour se lève ” ; Kate Winslet et Leonardo Dicaprio embarqués sur le Titanic de James Cameron - ; toutes les grandes histoires d’amour au cinéma ont eu leur baiser. Nous avons souhaité que le vélo ait le sien pour cette 14 ème édition de notre catalogue “ amoureux ” 2013. Grâce à nos 2 protagonistes de couverture, acrobates amoureux, à la ville comme à la scène, qui se sont livrés au jeu d’équilibristes que nous avons conçu comme une stèle bien vivante en hommage au vélo. Tels des cupidons bienveillants, notre rôle, et plus encore celui de nos magasins, est d’accompagner vos coups de coeur et de suivre chacune des aventures amoureuses que vous allez vivre pour, grâce et avec votre vélo. C’est notre “ job ” de chaque instant et cela l’a été très symboliquement lorsque nous avons réalisé cette prise de vue “ engagée ”, comme le pari et la preuve, qu’à vélo, rien n’est impossible quand la force des sentiments et la volonté de réussir s’en mêlent. L’amour donne des ailes… à vélo uniquement et pour notre nouvelle couverture, c’est bien connu. Et la preuve est sous vos yeux, réalisée sans trucage.

Un philtre d’amour…

Depuis la création de notre enseigne, il y a 13 ans, nous nous sommes attachés à bien cerner les contours de cette passion du vélo. L’amour du cyclisme nous a inspiré une succession de regards sur ce qu’il incarne aujourd’hui dans notre société. A chaque étape que représente l’édition de notre catalogue annuel, le constat était le même. Le vélo gagne du terrain par la force des sentiments qu’il inspire et sa relation fusionnelle avec l’humanité.
De la course, par son allégorie transcendante et animale, à la simple randonnée bucolique, seul ou entre amis, le vélo est à la fois un transport des êtres et des sens. Prendre la roue, prendre sa main. C’est un peu la même chose, non ? On ne s’imagine pas à quel point le vélo par ses usages autant que ses rituels, est un acte amoureux. Un lien a-ffectif, parfois exalté et toujours sensuel.

Pour ma part, je n’ai pourtant rien d’un amoureux transi…

Comme beaucoup d’entre vous, j’ai eu, et j’ai toujours, des coups de foudre pour “ le beau matériel ”. Et puis des coups de folie ! Un dossard accroché dans le dos, à l’idée que dans le public , quelqu’un ou plus exactement quelqu’une… me regarde tel un héros bigarré et en transe. Le regard tendu vers une quête de victoires magni-fques. Les hormones de l’amour et celles de l’effort sont les mêmes. Elles appartiennent à la chimie du plaisir. Aujourd’hui, mon amour du vélo se fond dans celui partagé de la communauté qui m’accompagne. Ma famille de coeur est devenue un réseau de 88 magasins et nous sommes - ers de vous accueillir toujours plus nombreux, année après année sous l’égide notre enseigne.

Embrassez qui vous voulez…

Alors que le contexte économique pesant que nous traversons, est celui d’une société qui se cherche avec une certaine pesanteur, voire lassitude, je suis certain qu’un peu de légèreté et d’enthousiasme sont nécessaires. Alors, succombez au plaisir du vélo, et de toutes les manières. Avec générosité, fougue ou tendresse. Dans un élan érotique ou plus simplement bienheureux. Aimez ! Aimez le vélo comme vous-même et il vous le rendra. Embrassez votre partenaire tout autant que, du regard, le paysage qui s’o- re à vous au cours d’une sortie entre amis ou en solo. Et même si parfois à bicyclette comme dans la vie, le temps se gâte et l’horizon devient incertain, cette maladie d’amour de la bicyclette sera restée un puissant vaccin contre le pessimisme et l’intolérance. Le vélo est un mouvement perpétuel comme l’amour est un moteur à eau… fraîche. Rien ne peut entraver leur dynamique. Et souvenons nous que l’exaltation de la descente ne vaut souvent, que par l’âpreté de la montée qui la précède.

L’amour dure 3 ans…

Nous dit assez cyniquement le titre d’un - lm récent. Je n’en suis pas certain. Mon expérience m’invite à penser que cela peut durer beaucoup plus longtemps. L’amour est une solution. J’ai déjà eu l’occasion de le dire dans ses lignes en parodiant le regretté et visionnaire John Lennon- : le vélo en est une autre. Alors, j’ai acquis aujourd’hui une conviction que je partage avec tous les acteurs de notre enseigne. L’amour du vélo est éternel. Que cet édito rituel en soit, d’une certaine manière, l’acte fondateur. Une déclaration d’amour à vélo. L’invitation à succomber au charme envoûtant qu’est la pratique du vélo sous toutes ses formes. Allons rouler. Allons aimer. C’est le cycle de l’amour qui nous fait avancer et quelque soit votre rythme
cardiaque et la vitesse de votre déplacement, nous serons à vos côtés. De préférence, celui du coeur.

Denis Briscadieu