Nouveau concept Culture Vélo Perigueux

Avec Laurent Gillot aux commandes depuis 2005, il était normal que le magasin Culture Vélo de Périgueux face son grand lifting pour se mettre au niveau de la qualité relationnelle que distille avec succès son dirigeant et son équipe. Le passage du magasin de Périgueux au nouveau concept stylistique de notre enseigne est une étape importante, que nous sommes tous heureux de saluer aujourd’hui.

Après un premier déménagement pour un espace plus grand en 2011, c’est donc maintenant sous le nouveau concept d’aménagement de l’enseigne que le magasin de Périgueux a réouvert ses portes le 19 Février dernier.15 jours de travaux pour un résultat esthétique et convivial, plein d’esprit et de nouveautés, qui met en scène toutes les pratiques, dans un esprit d’ouverture.
Tout au long de son parcours professionnel, Laurent Gillot a su capter avec finesse les nouvelles tendances du vélo. Il était donc logique que Laurent soit aujourd’hui séduit par ce nouvel habillage intérieur, tout entier dédié à la Culture 360° du vélo, ainsi qu’à la demande de consommateurs de plus en plus sensibles aux lieux et à la qualité des services.

Du compétiteur aux adeptes de la mobilité douce, un mouvement que Laurent a su anticiper dès 2008, ce beau magasin, le plus grand de la Dordogne, est l’endroit idéal pour se faire plaisir et être informé.

3 QUESTIONS, QUELQUES JOURS APRÈS SA RÉOUVERTURE

Laurent, quelle est votre premier ressenti sur ce nouveau concept proposé par Culture Vélo ?
« Très favorable. C’est un véritable travail de mise en scène que nous avons pu réaliser avec la centrale au cœur du magasin. Notre offre est beaucoup plus valorisée, j’allais dire désirable, et on gagne en lisibilité. Le client y voit plus clair, notamment pour les accessoires et les équipements. D’emblée, je constate que nous faisons beaucoup plus de ventes additionnelles.
On a plus cette impression de « stockage » qui pouvait parfois être ressenti lorsque nous avions beaucoup de vélos présentés. Un travail de valorisation efficace.

Le client a moins besoin de se déplacer d’un bout à l’autre du magasin pour voir un équipement correspondant à sa pratique. Et pour ce qui nous concerne, plus besoin de courir pour chercher un modèle de pompe et le comparer à un autre. Il y a une interaction logique, fluide entre chaque rayon qui est naturelle. Pour notre travail d’argumentation, c’est un plus que nous constatons instantanément. La mise en valeur des très belles pièces est également bien plus évidente avec le nouveau concept.
En résumé et après ces quelques jours d’expérimentation, c’est plus beau, plus efficace et l’activité est indéniablement boostée. »


En ce qui concerne le vélo électrique, sur lequel vous avez été précurseur, qu’apporte le nouveau concept vis à vis d’une clientèle de néo-pratiquants, pas forcément habitués aux magasins de vélos ?

« Nous avons cru très tôt à l’importance de ce nouveau marché « de mobilité ». Et les chiffres nous donnent raison : plus de 300 VAE vendus en 2017 au magasin. Au stade où en est le marché, il était nécessaire d’avoir une présentation claire avec l’avènement d’une segmentation propre au VAE. Le nouveau concept nous permet de présenter les vélos électriques par famille et par technologie. La ville, le VTC, le VTTAE typé enduro etc.. comme les modèles à batterie intégrée. C’est très rassurant et décisif pour les clients qui cherchent à investir pour la première fois sur un sujet la plupart du temps inconnu, pour eux. Nous avons les moyens d’avoir un positionnement de spécialistes concurrentiel en présentant les choses de cette manière. Les accessoires dédiés sont désormais agencés juste à côté des vélos, ce qui permet, là encore, de favoriser les ventes additionnelles. »


Quel est votre prochain objectif en termes d’activité commerciale après cette étape importante ?

« Sortir le magasin du magasin…. !
Aujourd’hui, je ressens qu’il est essentiel de suivre la passion de nos clients et la montée en puissance du vélo au-delà de l’espace de vente. Parce que le terrain de jeu du vélo grandit lui aussi sur d’autres dimensions. Notre commerce va passer à une étape nouvelle. Plus question de rester entre nos 4 murs, si beaux soient-ils, à attendre que le client vienne nous voir. C’est à nous de porter « la Culture » du vélo partout où elle peut se développer. Il y a un potentiel énorme de développement, l’activité du magasin de ce côté-là. Les manifestations autour du vélo, de l’écologie et de la mobilité, les événements sportifs d’un nouveau genre sont de plus en plus nombreux. Nous sommes des acteurs qualifiés et devons être présent sur ces vrais forums d’échange et de partage qui constitueront un des piliers de la dynamique économique de demain. »